Ciney mise plus que jamais sur les jeunes

10 anciens, 9 nouveaux et 4 jeunes: le noyau cinacien, dévoilé hier soir, est-il armé pour tenir la route en D2? Le comité et le nouveau staff en sont convaincus.

Ambiance de rentrée des classes ce jeudi soir à Ciney à l’occasion de la présentation de la nouvelle équipe. Une équipe métamorphosée par rapport à celle qui vient de terminer une saison compliquée à la 13e place avec seulement 24 points. Avec le départ de nombreux cadres comme Fiasse, Eloy, Tshiala, Bojovic, sans oublier Leleu et les jeunes Guiot, Jadot, Dujardin et Lizen, le comité s’est retrouvé face à un énorme chantier. «Mais plus que jamais, on a voulu maintenir le cap de notre politique entamée en 2017, insiste le président Dandoy. C’est pourquoi plus de la moitié de l’équipe est constituée de joueurs issus de notre centre de formation reconnu et réputé. Ce fut un travail de longue haleine, surtout avec le changement de staff. Mais je suis convaincu qu’avec Xavier Thiry comme coach, nous avons fait le bon choix. Et je tiens à remercier Youness Sbaa pour son travail de l’ombre. Il a passé des centaines de coups de fil pour attirer des joueurs

Thiry: «Il faudra 35 points»

Avec Xavier Thiry à la barre, secondé dans le staff par Nadir Sbaa, Damien Trimboli et Yannick Houbion, Ciney nourrit plusieurs objectifs. «La priorité, c’est d’intégrer rapidement les nouveaux, explique le successeur de Renquin, en s’adressant à tous ses joueurs. Cela passera par une préparation sérieuse pour monter en puissance au fil des semaines. La série sera très relevée (RAAL, Francs Borains, Olympic, Rebecq, Tilleur, Visé…) et il faudra au moins 35 points pour se sauver. Je veux aussi que Ciney redevienne intraitable à domicile et qu’on ramène du monde au stade en proposant un foot chatoyant.»

Si l’ex-mentor de Solre-sur-Sambre a remis à ses joueurs un dossier très détaillé sur le comportement à adopter (système d’amendes, souper à organiser une fois par mois à tour de rôle, joueurs désignés pour ranger le matériel etc), il a déjà abordé l’aspect tactique. «Plusieurs systèmes de jeu seront travaillés cette saison, mais peu importe, l’important sera bien évidemment l’animation et les lignes de courses. L’an passé, Ciney a marqué beaucoup sur phases arrêtées mais aussi pas mal encaissé. Il faudra absolument se montrer rigoureux. Cela manquait d’une réelle philosophie de jeu avec trop peu de combinaisons et de passages par les flancs. On va travailler tout ça. Et puis le groupe manquait de solidarité et de cohésion dans les moments difficiles. Je veux former un bloc équipe et voir plus de leadership. »

En faisant monter 4 jeunes dans le noyau A (A. Sbaa, Henrot, Colot et Cosova), Ciney entend aussi poursuivre le travail colossal abattu par Jean-Marc Colinet à la tête de l’école des jeunes durant plus de dix ans. «On doit travailler en osmose avec les U17 et les U18, précise Philippe Guiot, directeur sportif mais également responsable de la post-formation. On sera derrière le staff et on adhérera complètement à sa politique sportive. Et je serai intransigeant sur ce que j’appelle la déontologie parentale. Les coaches doivent bosser dans la sérénité».

La vraie rentrée est fixée le 17 juillet mais d’ici là, les élèves de Xavier Thiry ne chômeront pas puisqu’à partir du 11 juin, ils ont déjà tous leur programme de préparation à suivre scrupuleusement.

Source L’Avenir : Thibaut MARMIGNON

ÉdA – Florent Marot