Sbaa, de la théorie à la pratique

Kevin Sbaa patiente derrière le duo Fiasse-Bojovic. Mais il assure quand on fait appel à lui et attend beaucoup de la saison prochaine.

Avec des joueurs de la trempe de Petar Bojovic et Arnaud Fiasse à son poste, Kevin Sbaa est souvent resté dans l’ombre cette saison à Ciney. Mais chaque fois qu’on a fait appel à lui, le défenseur central de 22 ans a répondu à l’attente. Ce fut le cas à Liège et ce dimanche à Walhain. Ce statut de doublure, Kevin l’assume. En venant de P1, il savait qu’il signait au stade Lambert avant tout pour apprendre. «Avec deux grands messieurs du football namurois devant moi, je ne me faisais pas trop d’illusions, confirme Kevin. Cette année, j’ai beaucoup observé les déplacements et la manière de jouer de Petar et Capi. Pour progresser, il n’y a pas mieux comme exemples. J’ai toujours tout donné aux entraînements. Mais Petar et Arnaud n’ont pas souvent été suspendus et c’est logique qu’à 100%, ce soit eux qui jouent».

Courtisé par des clubs de D3 et de P1, Kevin va rester dans la capitale du Condroz. Il sait qu’avec la «retraite» d’Arnaud Fiasse, il y a une place à prendre derrière. «Je n’ai aucune garantie pour la saison prochaine. Le club va sans doute transférer un nouveau défenseur central mais peu importe. J’entamerai la future campagne dans un état d’esprit différent, avec la ferme intention de gagner ma place. Michel Renquin me connaît de Rochefort, il sait de quoi je suis capable».

Un Sbaa en cache un autre

Si Kevin tente de faire sa place en travaillant dur, derrière, un autre Sbaa frappe tout doucement à la porte de l’équipe première. À 17 ans, Adel s’entraîne régulièrement avec le noyau A. «C’est vraiment cool de jouer avec son petit frère, glisse Kevin. J’ai envie de rester pour ça aussi, surtout qu’on se plaît bien dans ce club sympa.»

Un club que Kevin ne voit pas descendre en D3. «Ce serait malheureux, surtout après ce qu’on a montré tout au long de la saison. Encore à Walhain, on s’est fait cueillir à froid mais on n’a pas démérité. Mais avec la venue de Rebecq puis de Sprimont, on a encore toutes les cartes en main pour éviter cette 13e place de barragiste (descendante si deux clubs francophones basculent de D1 amateurs).»

Surtout que sur les cinq derniers matches, Ciney en jouera quatre à domicile. À eux d’en profiter. Avec Kevin Sbaa sur la pelouse? Pas sûr car même s’il assure, la fiabilité de la paire Bojovic-Fiasse n’est plus à démontrer.

Source L’Avenir
ÉdA – Florent Marot